SOCIOLOGIE SANS SOCIOLOGUES 

Pr ROUADJIA Ahmed, Université de M’sila, Algérie
znit2003@yahoo.fr

 


Résumés et mots-clés

Pour télécharger l'article intégral, voici le lien (sur l'ASJP) : 

Revue algérienne des lettres

La Revue algérienne des lettres est une publication académique paraissant en langue française et qui a pour mission d'encourager à la rigueur scientifique en publiant des contributions de chercheurs soucieux de participer activement à la promotion et au respect des normes internationales en matière de rédaction et de méthodologie universitaires à la fois.


 

Résumé : Le titre de cet article en dit long sur « la crise » dont souffrent la sociologie et le sociologue en Algérie. Il entend démontrer avec des exemples concrets à l’appui qu’il existe bel et bien des instituts et des chairs de sociologie dans les universités algériennes, chairs aux titre plus grandiloquents que grandioses, mais peu ou point de sociologues de terrain dignes de ce nom. Au lieu d’être le dénicheur des objets sociologiques à traiter, et le briseur des tabous et des interdits repérés, notre sociologue s’autocensure au nom du respect de la tradition et de la pudeur, mais aussi de peur de nommer des choses qui sonnent désagréablement à l’oreille du Prince ou à celle de la Police de la Pensée. Qui plus est le sociologue formé par l’université algérienne est un homme qui prise plus les grandes théories, abstraites et désincarnées, que la pratique du terrain. Le sens de l’observation pratique et l’esprit critique sont répudiés au profit de la récitation et de la lecture souvent superficielle des classiques de la sociologie. Notre sociologue, enfin, éprouve une répugnance envers tout ce qui a trait à la pratique et à l’immersion dans le milieu ambiant… elle est, en substance, le message que cette étude entend faire passer…

Mots-clés : sociologie et sociologues en crise ; islam et idéologie nationaliste dans l’Algérie indépendante.

Abstract : The paper’s title tells a lot about the « crisis » of the sociology and the sociologist in Algeria. It intends to demonstrate with real and concrete examples that sociology institutes and chairs exist in the Algerian universities, chairs with magnificent titles, but just a little or none of sociologists are worthy of this name. Instead of being the tracker down of sociological objects to be treated, and being breaker of the marked out taboos and forbidden, our sociologist self- censorships himself on the name of respect of the tradition of modesty and decency and from the fear to name things which sound unpleasantly to the prince’s ear or to the ear of the police of thought.The sociologist, who is trained by the Algerian university, is a man who holds great abstracts and disincarnate theories than the field practice. The meaning of the practical observation and the critical thinking are repudiated to the benefit of the recitation and of the superficial reading of the classics of sociology .Finally, our sociologist, feels a repugnance towards all what is concerned with the practice and with its immersion in the ambient surrounding…That is, in substance the message conveyed by this study.

Keywords: sociology and sociologists in crisis, Islam and national ideology in the independent Algeria